Actualités

Noms de domaine : le second marché reprend des couleurs

Vendu 30 M$, « voice.com » devient le nom de domaine le plus cher jamais enregistré par le DN Journal.

Publié le

Spécialiste du second marché des noms de domaine, le magazine américain DN Journal recense les records de ventes réalisés notamment dans le cadre des extensions nationales et des.com. Et alors que le record de l’année 2018, « ice.com », n’avait atteint « que » 3,5 M$, les premiers mois de 2019 ont été marqués par une vente exceptionnelle : celle du nom de domaine « voice.com » qui a trouvé preneur à 30 M$. Selon les analyses du DN Journal, il s’agit du nom de domaine le plus cher jamais vendu. Sachant que ce journal ne recense que les ventes de noms de domaine confirmées, non associées à d’autres actifs du vendeur et dont le prix est définitif. Le précédent record était détenu par « sex.com », vendu 13 M$ en 2010.

Facebook version blockchain

L’acheteur de « voice.com » est une start-up, baptisée Block.one, dont les bureaux sont basés à Hong Kong. Cet éditeur de solutions blockchain a lancé, le 1er juin dernier, Voice (pour le moment en version bêta), un réseau social basé sur une blockchain. L’objectif étant de créer un réseau non plus contrôlé par l’entreprise qui le possède, mais par ses utilisateurs. Lors de sa création en 2017, Block.one avait levé 4 Md$ à l’occasion d’une « initial coin offering » (ICO) adossée à sa propre cryptomonnaie, l’EOS.

Les autres records

Outre le fameux « voice.com », le 1er semestre 2019 a vu la vente de « california.com » pour 3 M$ et de « nursing.com » pour 950 K$. Côté extensions géographiques, les sommes, comme à l’accoutumée, sont plus modestes. Le record 2019 est ainsi, pour le moment, détenu par « 21.de » (90 K$), suivi de « swipe.io » (68 K$) et de « seereisen.de » (66 K$). La première extension française, « appiscreen.fr », avec ses 31 K$, occupe une modeste 14e place au classement.


©  Les Echos Publishing - 2019
Voir tous les articles